The Standard of Ur

The Standard of Ur is a wonderful example of Mesopotamian artistic achievement that reveals a wealth of information about one of the world’s great ancient civilisations. This object was discovered by the archaeologist C. Leonard Woolley during excavations at ancient Ur (modern Tell al-Muqayyar), in southern Mesopotamia (south Iraq). The most spectacular discoveries at Ur were made within a cemetery of the Early Dynastic III period (c. 2600–2300 BC), that Woolley named ‘The Royal Cemetery’. Here, among hundreds of more modest burials, were sixteen graves that he distinguished as ‘Royal Tombs’ because of their construction, abundance of grave goods and evidence of elaborate burial rituals and human sacrifice. The Standard was discovered in the corner of one of the tomb chambers of a Royal Tomb (PG 779) that had been thoroughly robbed in antiquity.

  
It was named at the time of its discovery by Leonard Woolley who initially proposed that it may have been carried on a pole like a battle standard, but its original function is unknown. The two rectangular panels of engraved shell figures and mosaic tesserae of lapis lazuli, red limestone, and shell were originally attached to wood that did not survive being buried in a tomb for thousands of years. These two panels which are sometimes referred to as ‘War’ and ‘Peace’ were discovered lying back-to-back and crushed, with some of the pieces displaced. The shape of the wooden mount that these panels are fixed on today is based on Woolley’s suggestion that there were also two truncated triangular shaped end panels. However, the arrangement of the inlays on the end panels is speculative.
The Standard is an excellent example of Mesopotamian narrative art; the scenes illustrate a story or a sequence of events. It is almost certain that what is shown on the two main panels of the Standard are consecutive episodes of the same story – the end of a victorious battle of a king of Ur and the banquet or ritual celebrations after the battle.

No Comments

Une plainte de Service à la clientèle De 1750 BC

 

Une lettre inscrite dans une ancienne tablette d’argile, datant de 1750 avant JC correspondant à la période de la vieille Babylone, et actuellement au British Museum, pourrait être l’une des plus anciennes lettre de plainte de service à la clientèle trouvé. La plainte a été déposée par un certain Nanni à Ea-Nasir concernant la livraison de la mauvaise qualité du minerai de cuivre après un voyage de golfe et sur les directives erronées et des retards d’une nouvelle livraison. La traduction complète, aurait des Lettres de livres de la Mésopotamie par Assyriologist A. Leo Oppenheim, est reproduit ci-dessous. Nanni semble être très en colère. « Dites-Ea-Nasir: Nanni envoie le message suivant: Lorsque vous êtes venu, vous avez dit à moi comme suit:

«Je vais donner Gimil-Sin (quand il vient) fines lingots de cuivre de qualité. » Vous avez quitté l’époque, mais vous ne faites pas ce que vous me promis. Vous mettez lingots qui ne sont pas bonnes avant mon messager (Sit-Sin) et a dit: « Si vous voulez les prendre, prenez-les, si vous ne voulez pas de les prendre, aller loin » Pour qui me prenez-vous, que vous traitez quelqu’un comme moi avec un tel mépris? Je l’ai envoyé comme messagers messieurs comme nous pour recueillir le sac avec mon argent (déposé avec vous), mais vous me ai traités avec mépris en les renvoyant à moi les mains vides à plusieurs reprises, et que par le territoire ennemi. Y at-il quelqu’un parmi les marchands qui commercent avec Telmun qui m’a traités de cette façon? Vous traitez seul mon messager avec mépris! En raison de ce que l’un (insignifiante) mine d’argent que je dois (?), Vous hésitez à parler d’une telle manière, alors que je vous ai donné le palais en votre nom £ 1080 de cuivre, et umi-abum a également compte tenu de £ 1080 de cuivre, en dehors de ce que nous avons à la fois avions écrit sur une tablette étanche à être gardés dans le temple de Samas. Comment avez-vous me traité pour que le cuivre? Vous avez retenu mon sac de l’argent de moi en territoire ennemi; il est maintenant à vous de rétablir (mon argent) pour me en entier. Prendre connaissance que (à partir de maintenant) Je ne vais pas accepter ici toute cuivre de vous qui est pas de belle qualité. Je vais (à partir de maintenant) sélectionner et prendre les lingots individuellement dans ma propre cour, et je vais exercer mon droit contre vous de rejet parce que vous me l’avez traitée avec mépris. »

Ea-Nasir était un négociant en lingots de cuivre de Magan et a été actif dans les affaires au tournant du XIXe siècle av. Il apparaît comme un personnage peu scrupuleux, ou peut-être qu’il est juste tombé sur les moments difficiles à un moment donné dans sa carrière, car il ya un certain nombre de lettres de colère de ses partisans à Ur alors qu’il est absent dans Dilmun plaint qu’il n’a pas livré le biens promis. Selon le site du British Museum , la tablette d’argile est d’environ 1750 avant JC, alors que Hoyland dit Ea-Nasir était un marchand siècle BC 19. Iâ € ™ m ne sais pas qui est plus correct. La tablette d’argile elle-même a été excavé d’Ur, dans le sud de l’Irak, en 1953.

 

No Comments