An Introduction To Sumerian History

During the 5th millennium BC a people known as the Ubaidians established settlements in the region known later as Sumer; these settlements gradually developed into the chief Sumerian cities, namely Adab, Eridu, Isin, Kish, Kullab, Lagash, Larsa, Nippur, and Ur. Several centuries later, as the Ubaidian settlers prospered, Semites from Syrian and Arabian deserts began to infiltrate, both as peaceful immigrants and as raiders in quest of booty. After about 3250 BC, another people migrated from its homeland, located probably northeast of Mesopotamia, and began to intermarry with the native population. The newcomers, who became known as Sumerians, spoke an agglutinative language unrelated apparently to any other known language.

In the centuries that followed the immigration of the Sumerians, the country grew rich and powerful. Art and architecture, crafts, and religious and ethical thought flourished. The Sumerian language became the prevailing speech of the land, and the people here developed the cuneiform script, a system of writing on clay. This script was to become the basic means of written communication throughout the Middle East for about 2000 years.

The first Sumerian ruler of historical record, Etana, king of Kish (flourished about 2800 BC), was described in a document written centuries later as the « man who stabilized all the lands. » Shortly after his reign ended, a king named Meskiaggasher founded a rival dynasty at Erech (Uruk), far to the south of Kish. Meskiaggasher, who won control of the region extending from the Mediterranean Sea to the Zagros Mountains, was succeeded by his son Enmerkar (flourished about 2750 BC). The latter’s reign was notable for an expedition against Aratta, a city-state far to the northeast of Mesopotamia. Enmerkar was succeeded by Lugalbanda, one of his military leaders. The exploits and conquests of Enmerkar and Lugalbanda form the subject of a cycle of epic tales constituting the most important source of information on early Sumerian history.

At the end of Lugalbanda’s reign, Enmebaragesi (flourished about 2700 BC), a king of the Etana dynasty at Kish, became the leading ruler of Sumer. His outstanding achievements included a victory over the country of Elam and the construction at Nippur of the Temple of Enlil, the leading deity of the Sumerian pantheon. Nippur gradually became the spiritual and cultural center of Sumer.

Enmebaragesi’s son Agga (probably died before 2650 BC), the last ruler of the Etana dynasty, was defeated by Mesanepada, king of Ur (fl. about 2670 BC), who founded the so-called 1st Dynasty of Ur and made Ur the capital of Sumer. Soon after the death of Mesanepada, the city of Erech achieved a position of political prominence under the leadership of Gilgamesh (flourished about 2700-2650 BC), whose deeds are celebrated in stories and legends.

Painting of Sumerian people bringing a gilded statue to their temple.

Sometime before the 25th century bc the Sumerian Empire, under the leadership of Lugalanemundu of Adab (flourished about 2525-2500 BC), was extended from the Zagros to the Taurus mountains and from the Persian Gulf to the Mediterranean Sea. Subsequently the empire was ruled by Mesilim (fl. about 2500 BC), king of Kish. By the end of his reign, Sumer had begun to decline. The Sumerian city-states engaged in constant internecine struggle, exhausting their military resources. Eannatum (fl. about 2425 BC), one of the rulers of Lagash, succeeded in extending his rule throughout Sumer and some of the neighboring lands. His success, however, was short-lived. The last of his successors, Uruinimgina (fl. about 2365 BC), who was noteworthy for instituting many social reforms, was defeated by Lugalzagesi (reigned about 2370-2347 BC), the governor of the neighboring city-state of Umma. Thereafter, for about 20 years, Lugalzagesi was the most powerful ruler in the Middle East.

By the 23rd century bc the power of the Sumerians had declined to such an extent that they could no longer defend themselves against foreign invasion. The Semitic ruler Sargon I (reigned about 2335-2279 BC), called The Great, succeeded in conquering the entire country. Sargon founded a new capital, called Agade, in the far north of Sumer and made it the richest and most powerful city in the world. The people of northern Sumer and the conquering invaders, fusing gradually, became known ethnically and linguistically as Akkadians. The land of Sumer acquired the composite name Sumer and Akkad.

The Akkadian dynasty lasted about a century. During the reign of Sargon’s grandson, Naram-Sin (r. about 2255-2218 BC), the Gutians, a belligerent people from the Zagros Mountains, sacked and destroyed the city of Agade. They then subjugated and laid waste the whole of Sumer. After several generations the Sumerians threw off the Gutian yoke. The city of Lagash again achieved prominence, particularly during the reign of Gudea (circa 2144-2124 BC), an extraordinarily pious and capable governor. Because numerous statues of Gudea have been recovered, he has become the Sumerian best known to the modern world. The Sumerians achieved complete independence from the Gutians when Utuhegal, king of Erech (reigned about 2120-2112 BC), won a decisive victory later celebrated in Sumerian literature.

One of Utuhegal’s generals, Ur-Nammu (r. 2113-2095 BC), founded the 3rd Dynasty of Ur. In addition to being a successful military leader, he was also a social reformer and the originator of a law code that antedates that of the Babylonian king Hammurabi by about three centuries (see Hammurabi, Code of). Ur-Nammu’s son Shulgi (r. 2095-2047 BC) was a successful soldier, a skillful diplomat, and a patron of literature. During his reign the schools and academies of the kingdom flourished.

Before the beginning of the 2nd millennium BC the Amorites, Semitic nomads from the desert to the west of Sumer and Akkad, invaded the kingdom. They gradually became masters of such important cities as Isin and Larsa. The resultant widespread political disorder and confusion encouraged the Elamites to attack (circa 2004 BC) Ur and to take into captivity its last ruler, Ibbi-Sin (r. 2029-2004 BC).

During the centuries following the fall of Ur bitter intercity struggle for the control of Sumer and Akkad occurred, first between Isin and Larsa and later between Larsa and Babylon. Hammurabi of Babylon defeated Rim-Sin of Larsa (r. about 1823-1763 BC) and became the sole ruler of Sumer and Akkad. This date probably marks the end of the Sumerian state. Sumerian civilization, however, was adopted almost in its entirety by Babylonia.

No Comments

Le Code de Hammurabi

 

Le Code de Hammurabi se réfère à un ensemble de règles ou de lois promulguées par le roi Babylonien Hammourabi (règne 1792-1750 av. J.-C.). Le code régissait les gens vivant dans son empire qui se développait rapidement. Au moment de la mort de Hammourabi, son empire comprenait une grande partie de l’Irak moderne, s’étendant au golfe Persique le long des rivières Tigre et Euphrate. Il y a jusqu’à 300 lois qui traitent d’un large éventail de sujets, y compris les homicides, les voies de fait, le divorce, la dette, l’adoption, les honoraires des commerçants, les pratiques agricoles et même les différends concernant le brassage de la bière. Le code est surtout connu d’une stèle en diorite noire, qui s’élève de plus de 2,2 mètres de haut et qui se trouve actuellement au musée du Louvre à Paris. La stèle a été trouvée dans le site de Susa, dans l’Iran moderne, par des excavateurs qui étaient supervisés par Jacques de Morgan au début du 20ème siècle. Les érudits croient qu’il a été apporté à Susa au 12ème siècle BC. Par un souverain élamite qui a ensuite effacé une partie du code pour créer sa propre inscription. À l’origine, Hammurabi aurait affiché la stèle sur le site de Sippar, dans l’Irak moderne, probablement dans un temple populaire. Dans les temps anciens, Sippar était la maison du dieu du soleil Shamash, et le sommet de la stèle montre une image de Hammurabi devant ce dieu, avec des rayons émanant des épaules de Shamash. Les chercheurs croient largement que d’autres stèles, maintenant perdues, auraient existé dans d’autres villes de Babylone qui étaient contrôlées par Hammurabi. Après la mort de Hammourabi, son système de lois est devenu un classique dans le monde antique, et les savants ont trouvé des exemples d’entre eux écrits sur des tablettes, qui ont été copiés aussi tard que le 5ème siècle avant J.-C., plus d’un millénaire après la mort d’Hammurabi. Le terme «Code» de Hammurabi est un terme moderne, ainsi baptisé du Code Napoléon du XIXe siècle. Les érudits débattent aujourd’hui de la signification derrière la stèle qui est maintenant au Louvre et si les règles adoptées par Hammurabi représentent véritablement un code complet. Indépendamment des réponses à ces questions, Hammourabi lui-même affirme dans le prologue de ses lois que son droit de les stipuler, lui était conféré par les dieux eux-mêmes. « Anu et Enlil ont ordonné Hammurabi, un prince dévot qui craint les dieux, de démontrer la justice au pays, de détruire le mal et la méchanceté, d’arrêter le puissant exploitant les faibles, de se lever comme Shamash sur la masse de l’humanité, » (Traduction de « The New Complete Code of Hammurabi », par H. Dieter Viel, University Press of America, 2012)

 

UNE LOI RIGOUREUSE ET UNIQUE

Chaque loi consiste en un cas potentiel, suivi d’un verdict prescrit. Les verdicts pourraient, en effet, être très sévères, et le professeur Marc van de Mieroop de l’Université de Columbia note dans son livre  » King Hammurabi of Babylon  » (Blackwell Publishing, 2005) que la peine de mort est énumérée comme punition pas moins de 30 fois. C’était la punition donnée même pour «le vol de propriété des temples ou du palais ou quand un esclave fugitif est donné refuge», écrit Van de Mieroop. En outre, les peines infligées n’étaient nullement uniformes mais dépendaient du statut social de l’accusé et de l’accusateur. Les punitions n’étaient que «l’œil pour l’œil» si les deux individus impliqués étaient socialement égaux. Par exemple, van de Mieroop note que si un membre de l’élite aveuglait un roturier ou cassait l’os d’un roturier, cette élite devait payer une livre d’argent comme pénalité. D’autre part, si une personne frappe quelqu’un qui était d’un statut social plus élevé, alors cette personne peut s’attendre à une punition très sévère: « Si un membre de l’élite frappe la joue d’un membre de l’élite qui est d’un statut social plus élevé que lui, il sera flagellé en public, avec 60 coups par un fouet de bœuf », édictait la loi (traduction de van de Livre de Mieroop). Les femmes ne pouvaient pas non plus s’attendre à un traitement égal. Une loi précise que: «si un doigt a été pointé sur la femme d’un homme à cause d’un homme, mais qu’elle n’a pas été saisie en copulation avec un autre homme, elle sautera dans la rivière pour son mari» (traduction de H. Dieter Viel). D’autre part, une femme pourrait, selon les circonstances, obtenir un héritage. Il y avait des lois protégeant une femme dans le cas où son mari a été pris captif durant la guerre et lorsqu’elle a dû vivre avec un autre homme quand elle n’avait pas de nourriture. Il y avait aussi des lois qui régissaient le soutien qu’une femme de temple devrait recevoir de ses frères après que son père décédait.

 

LA CHARGE DE LA PREUVE PÉSE SUR L’ACCUSATEUR ET LES JUGES

Dans les lois, il est clair qu’il y a non seulement un fardeau qui pèse sur l’accusé, mais aussi sur l’accusateur s’ils ne sont pas en mesure de prouver leur cas. Par exemple, la peine pour homicide stipule que «si un homme a fait des allégations contre un autre homme et qu’il l’accusait d’homicide mais est incapable de justifier sa culpabilité, celui qui a fait les allégations contre lui sera tué. » (Traduction de H. Dieter Viel) Les juges devraient également suivre une certaine norme dans les lois. Hammourabi gouvernait un vaste empire et n’aurait pas pu se prononcer lui-même sur chaque affaire. Van de Mieroop note qu’en l’absence du roi, un comité d’hommes des communautés concernées pourrait agir comme juge à la place d’Hammurabi. Les peines pour un juge essayant de changer un verdict scellé était sévère, « il paiera 12 fois le montant de la perte qui occasionnait le procès « , stipule la loi en question.

 

COMMENT LES LOIS ÉTAIENT elles FORMÉES?

Hammourabi n’était pas le premier dirigeant au Moyen-Orient à écrire des lois. Dominique Charpin, professeur à l’École Pratique des Hautes Études de Paris, écrit dans son livre « Writing, Law and Kingship in Old Babylonian Mesopotamia » (University of Chicago Press, 2010) que les savants étaient conscient de l’existence de trois codes juridiques émis par les rois, qui précédaient Hammurabi. Le plus ancien a été écrit par Ur-Nammu, un roi d’Ur, qui régnait entre 2111-2094 avant JC, environ trois siècles avant Hammurabi. « Ces codes plus anciens ont évidemment inspiré celui de Hammurabi », écrit Charpin. En outre, Hammurabi s’est probablement inspiré de ses propres expériences personnelles en codifiant ses lois, en les fondant en partie sur des affaires passées sur lesquelles il avait statué.

 

UN CODE DE LOIS COMPLET?

Les savants ont eu des problèmes dans la lecture des lois d’Hammurabi en tant que code de la lois complet dans le sens moderne. Par exemple, Van de Mieroop note que le code ne couvre pas tous les litiges qui pourraient avoir surgi et qu’il contient des incohérences. « Une loi exige la peine de mort quand quelque chose est acceptée pour la garde sans documents appropriés, parce que le dépositaire est un voleur », écrit Van de Mieroop. D’autre part, une loi connexe dit simplement que «si un homme donne des biens pour la garde sans témoins ou un contrat et qu’il nie les avoir donnés, cette affaire n’aura aucune base pour une réclamation.  » Van de Mieroop note également que « dans la documentation approfondie des affaires judiciaires jugées durant le règne d’Hammourabi et même par la suite il n’y avait aucune référence à un ensemble de lois qui était à la base d’une décision. »

 

OBJECTIF DE LA STELE

Un autre problème auquel sont confrontés les chercheurs est le but de la stèle, qui est maintenant au Louvre, qui aurait été à l’origine exposée à Sippar? Charpin note que, même si on pouvait la lire, la stèle serait difficile à utiliser comme référence pour rechercher une loi. Van de Mieroop écrit que la réponse à ce mystère semble se trouver dans l’épilogue de la stèle, qui est une section d’écriture émise après que les lois furent promulguées. Dans celle-ci Hammurabi souligne deux points focaux, l’un est que n’importe qui dans son royaume pourrait venir à la statue, voir (ou entendre) les mots écrit dessus et « comprendre son problème et contenter son cœur. » En d’autres termes c’était un monument au sens du droit du roi et une façon de conférer à ses sujets une sensation de sécurité quand ils se sentaient lésés. Le deuxième point de l’épilogue, est que les rois qui succèdent Hammurabi ne devraient pas changer ou ignorer ces lois ou essayer de modifier l’identité de la personne qui les a fait. Si un futur dirigeant essaye ceci, Hammurabi jettera une longue malédiction sur lui. « Anu, le père des dieux, celui qui m’a désigné pour régner, lui enlèvera sûrement la splendeur de la souveraineté, que cet homme soit un roi ou un seigneur ou un gouverneur ou une personne ayant à une autre fonction et il écrasera son personnel et maudira son destin … » disant une partie de la malédiction de Hammurabi (traduction de H. Dieter Viel). En d’autres termes, la stèle était aussi un monument affirmant que le sens de justice d’Hammourabi devait éternellement régner sur terre.

 

No Comments